La Religion : Juive | Catholique | Musulmane

Aller au contenu

Menu principal

Religion Musulmane

Religion Musulmane


Islam


Islam (/ ɪslɑ ː m /; arabe: الإسلام, al-ʾ Islam IPA: [ælʔɪslæ ː m] (écouter)) est une religion monothéiste et abrahamique articulée par le Coran, un livre considéré par ses adeptes comme la parole littérale de Dieu ( arabe: الله Allah) et par les enseignements et l'exemple normative (appelé la Sunna et composé de Hadith) de Mahomet, considéré par eux comme le dernier prophète de Dieu. Une adhérente de l'Islam est appelé un musulman.
Les musulmans croient que Dieu est unique et incomparable et le but de l'existence est d'aimer et de servir Dieu. Les musulmans croient aussi que l'islam est la version complète et universelle de la foi primordiale qui a été révélé lors de nombreux moments et lieux avant, y compris à travers Abraham, Moïse et Jésus, qu'ils considèrent comme prophètes. Ils soutiennent que les messages précédents et des révélations ont été partiellement mal interprété ou modifié au fil du temps, mais considèrent le Coran en arabe pour être à la fois inchangé et la révélation finale de Dieu. Concepts et les pratiques religieuses sont les cinq piliers de l'islam, qui sont des concepts fondamentaux et des actes obligatoires de culte, et suite à la loi islamique, qui touche pratiquement tous les aspects de la vie et de la société, fournir des conseils sur des sujets multiples du secteur bancaire et le bien-être, à la guerre et l'environnement.
La plupart des musulmans sont de deux dénominations, sunnites (75-90%), ou chiite (10-20%). Environ 13% des musulmans vivent en Indonésie, pays à majorité musulmane plus importante, 25% en Asie du Sud, 20% au Moyen-Orient et 15% en Afrique sub-saharienne. D'importantes minorités sont également présents en Europe, en Chine, en Russie et dans les Amériques. Les convertis et les communautés immigrées sont trouvés dans presque chaque partie du monde (voir l'Islam par pays). Avec environ 1,57 milliard de fidèles, soit 23% de la population de la terre, l'Islam est la deuxième religion et l'une des religions les plus dynamiques dans le monde.

Étymologie et signification

L'islam est un substantif verbal issu de la racine slm triliteral qui forme une grande classe de mots se rapportant essentiellement à des concepts d'intégrité, solidité et la paix. Dans un contexte religieux, cela signifie «soumission volontaire à Dieu". Musulman, le mot pour un adepte de l'islam, est le participe actif du même verbe dont l'islam est l'infinitif. Les croyants démontrent la soumission à Dieu en servant Dieu, en suivant ses commandements, et en rejetant le polythéisme. Le mot a parfois des connotations distinctes dans ses différentes occurrences dans le Coran. Dans certains versets, il ya du stress sur la qualité de l'islam comme une conviction intérieure: «Celui que Dieu veut guider, Il lui ouvre la poitrine à l'Islam."
D'autres versets relient l'islam et Din (généralement traduit par «religion»): «Aujourd'hui, J'ai parachevé votre religion (dîn) pour vous, j'ai terminé ma bénédiction sur vous, j'ai approuvé l'islam pour votre religion." D'autres encore décrivent l'islam comme une action de retour à Dieu, plus qu'un simple affirmation verbale de la foi. Dans le Hadith de Gabriel, l'islam est présenté comme une partie d'une triade qui comprend Iman (la foi), et ihsan (l'excellence), où l'islam est défini comme théologiquement Tawhid, historiquement, en affirmant que Muhammad est messager de Dieu, et la doctrine en mandatant cinq piliers essentiels et fondamentaux de la pratique.

Articles de foi :

Dieu

Concept le plus fondamental de l'Islam est un monothéisme rigoureux, appelé Tawhid (en arabe: توحيد). Dieu est décrit dans le chapitre 112 du Coran: «Dis: Il est Dieu, le Seul et Unique, Dieu, l'Eternel, absolu, Il engendra pas, pas plus qu'il n'est engendré, Et nul n'est égal à Lui." (112:1-4) musulmans et les Juifs répudier la doctrine chrétienne de la Trinité et la divinité de Jésus, en le comparant au polythéisme. Dans l'islam, Dieu est au-delà ne sont pas attendus toute compréhension et les musulmans de visualiser Dieu. Dieu est décrite et mentionnée par certains noms ou des attributs, la plus courante étant Al-Rahman, qui signifie «La compassion» et Al-Rahim, qui signifie «Le Miséricordieux» (voir noms de Dieu dans l'Islam).
Les musulmans croient que la création de tout dans l'univers a vu le jour par la commande pure de Dieu »,« être »et il est donc", et que le but de l'existence est d'adorer Dieu. Il est considéré comme un dieu personnel qui répond à chaque fois une personne dans le besoin ou en détresse l'appelle. Il n'y a pas d'intermédiaires, tels que les membres du clergé, de contacter Dieu qui déclare: «Je suis près de lui que (son) veine jugulaire." La nature réciproque est mentionné dans le hadith Qudsi: «Je suis comme Mon serviteur pense (espère) que je suis."
Allah est le terme sans pluriel ou le genre utilisé par les musulmans et les chrétiens de langue arabe et les juifs à Dieu référence, tandis que ʾ Ilāh (en arabe:
إله) est le terme utilisé pour un dieu ou un dieu en général. D'autres musulmans non-arabes pourraient utiliser différents noms autant que Allah, par exemple "Tanrı" en turc, "khoda" en persan ou XuDa en ourdou.

Anges

La croyance aux anges est fondamentale pour la foi de l'islam. Le mot arabe pour ange (en arabe:
ملك Malak) signifie «messager», comme ses homologues en hébreu (malakh) et grec (Angelos). Selon le Coran, les anges ne possèdent pas de libre arbitre, le culte et obéissent à Dieu dans l'obéissance totale. Les fonctions des anges incluent la communication révélations de Dieu, glorifier Dieu, l'enregistrement des actions de chaque personne, et en prenant l'âme d'une personne au moment de la mort. Les musulmans croient que les anges sont faits de lumière. Ils sont décrits comme «messagers avec des ailes, deux, ou trois, ou quatre (paires): Il [Dieu] ajoute à la création ce qu'Il veut ..."

Révélations

Les livres saints de l'Islam sont les dossiers qui la plupart des musulmans croient été dicté par Dieu à divers prophètes. Les musulmans croient que certaines parties des écritures révélées précédemment, la Tawrat (Torah) et l'Injil (Evangile), étaient devenus déformée, soit dans l'interprétation, dans le texte, ou les deux. [3] Le Coran (littéralement, "lecture" ou «récitation») est considéré par les musulmans comme la révélation finale et parole littérale de Dieu et est largement considéré comme le plus beau morceau de travail de la littérature en langue arabe.
Les musulmans croient que les versets du Coran ont été révélés à Mohammed par Dieu à travers l'archange Gabriel (Jibrīl) à de nombreuses reprises entre 610 de notre ère jusqu'à sa mort le 8 Juin, 632 CE. Alors que Muhammad était vivant, toutes ces révélations ont été écrites par ses compagnons (Sahaba), bien que la principale méthode de transmission était oralement à travers la mémorisation.
Le Coran est divisé en 114 sourates ou chapitres, qui, combinés, contenir 6,236 Ayat, ou versets. Antérieures sourates du chronologiquement, révélés à la Mecque, sont principalement concernés par les sujets éthiques et spirituelles. Les sourates de Médine discuter plus tard plupart des questions morales et sociales pertinentes à la communauté musulmane. Le Coran est plus préoccupé par l'orientation morale de l'instruction judiciaire, et est considéré comme le «Recueil de principes et de valeurs islamiques". Les juristes musulmans consulter le hadith, ou le procès-verbal de la vie du prophète Mahomet, à la fois complément du Coran et aident à leur interprétation. La science du commentaire coranique et l'exégèse est connu comme tafsir. Les règles régissant la prononciation correcte est appelé Tajwid.
Les musulmans considèrent généralement «le Coran», comme l'écriture d'origine comme l'a révélé en arabe et que les traductions ne sont pas nécessairement déficiente, qui sont considérées que comme des commentaires sur le Coran



Prophètes

Musulmans identifier les prophètes de l'Islam (arabe: أنبياء Anbiya ʾ) que ces humains choisis par Dieu pour être ses messagers. Selon le Coran, le prophète a été chargé par Dieu pour apporter la «volonté de Dieu» pour les peuples des nations. Les musulmans croient que les prophètes sont des êtres humains et non divine, même si certains sont capables de faire des miracles pour prouver leur réclamation. Théologie islamique affirme que tous les messagers de Dieu prêché le message de l'Islam, soumission à la volonté de Dieu. Le Coran mentionne les noms de nombreuses personnalités considérées comme des prophètes dans l'Islam, y compris Adam, Noé, Abraham, Moïse et Jésus, entre autres.
Les musulmans croient que Dieu a finalement envoyé Muhammad (Sceau des Prophètes) pour transmettre le message divin pour le monde entier (pour résumer et mettre au point la parole de Dieu). Dans l'islam, l'exemple «normatif» de la vie de Muhammad est appelé la Sunna (littéralement «chemin parcouru»). Cet exemple est préservée dans les traditions connues sous le nom hadith (les «rapports»), qui racontent ses paroles, ses actions et ses caractéristiques personnelles. Hadith Qudsi est une sous-catégorie de hadith, considéré comme les paroles de Dieu répétées par Muhammad différentes du Coran en ce qu'ils sont exprimés dans les paroles du prophète Mahomet, alors que le Coran est entendu que les mots directe de Dieu. Le juriste musulman classique ash-Shafi'i (d. 820) a souligné l'importance de la Sunna dans la loi islamique et les musulmans sont encouragés à imiter les actions de Mahomet dans leur vie quotidienne. La Sunna est considéré comme crucial pour guider l'interprétation du Coran.

Résurrection et le jugement

La croyance dans le «Jour de la Résurrection», Yawm al-Qiyamah (en arabe:
يوم القيامة) est également crucial pour les musulmans. Ils estiment que le moment de Qiyamah est prédestiné par Dieu, mais inconnu à l'homme. Les épreuves et les tribulations avant et pendant le Qiyamah sont décrits dans le Coran et le hadith, et ​​aussi dans les commentaires de spécialistes. Le Coran met l'accent sur la résurrection corporelle, une pause de la compréhension Arabie pré-islamique de la mort.
Sur Yawm al-Qiyamah, les musulmans croient toute l'humanité sera jugé sur ses bonnes et mauvaises actions. Le Coran dans la sourate al-Zalzalah décrit cela comme «Donc, quiconque ne le poids d'un atome de bien le verra (99:7) et celui qui ne le poids d'un atome de mal le verra (99:8)." Le Coran énumère plusieurs péchés qui peuvent condamner une personne à l'enfer, comme l'incrédulité en Dieu (en arabe:
كفر kufr), et de la malhonnêteté, mais le Coran dit clairement que Dieu pardonne les péchés de ceux qui se repentent, s'il le veut. Les bonnes actions, comme la charité, la prière et la compassion envers les animaux, seront récompensés avec l'entrée au ciel. Les musulmans considèrent le ciel comme un lieu de joie et de bonheur, avec des références coraniques décrivant ses caractéristiques et les plaisirs physiques à venir. Traditions mystiques de l'Islam placer ces plaisirs célestes dans le cadre d'une prise de conscience extatique de Dieu.
Yawm al-Qiyamah est également identifié dans le Coran comme Yawm al-Din (en arabe:
يوم الدين), "Jour de la religion», comme-sa ʿ ah (en arabe: الساعة), «la dernière heure», et al-Qari ʿ ah (en arabe: القارعة), "Le Clatterer".

Prédestination

Conformément à la croyance islamique, à la prédestination, ou preordainment divine (al-Qada wal-Qadar), Dieu a pleine connaissance et le contrôle de tout ce qui se produit. Ceci est expliqué dans les versets coraniques comme «Dis:" Rien ne pourra nous arriver, sauf ce qu'Allah a prescrit pour nous: Il est notre protecteur "..." Pour les musulmans, tout dans le monde qui se produit, bon ou mauvais, a été prédestiné et rien ne peut se produire que si permise par Dieu. Selon les théologiens musulmans, même si les événements sont prédestinés, l'homme possède le libre arbitre en ce sens qu'il a la faculté de choisir entre le bien et le mal, et est donc responsable de ses actes. Selon la tradition islamique, tout ce qui a été décrété par Dieu est écrit dans al-Lawh al-Mahfouz, le «Tablette préservée".

Les Cinq piliers :

Les piliers de l'islam (Arkan al-Islam, et aussi Arkan ad-Din, "piliers de la religion") sont cinq actes de base en Islam, considéré comme obligatoire pour tous les croyants. Le Coran les présente comme un cadre pour le culte et un signe d'engagement à la foi. Ils sont (1) la shahadah (croyance), (2) prières quotidiennes (salat), (3) l'aumône (zakat), (4) le jeûne pendant le Ramadan et (5) le pèlerinage à La Mecque (hajj) au moins une fois dans un vie. Les sectes chiites et sunnites sont d'accord sur les détails essentiels à l'accomplissement de ces actes.

Témoignage

La shahada, qui est le credo de base de l'Islam qui doit être récité sous serment la déclaration spécifique: «ašhadu 'al-la ilaha illâ-llāhu wa' ašhadu 'anna Muhammadan rasūlu-llāh", ou "Je témoigne qu'il n'y a pas de divinités autres que Dieu seul et je témoigne que Mohammed est le messager de Dieu ". Ce testament est un fondement de toutes les autres croyances et pratiques de l'Islam. Les musulmans doivent répéter le shahadah dans la prière, et les non-musulmans qui souhaitent se convertir à l'Islam sont tenus de réciter le credo.

La prière

Prières rituelles, appelées Salah ou salat (arabe:
صلاة), doit être effectuée cinq fois par jour. Salah est destiné à concentrer l'esprit sur ​​Dieu, et est considérée comme une communication personnelle avec lui exprime sa gratitude et d'adoration. Salah est obligatoire mais la flexibilité dans les détails est autorisée en fonction des circonstances. Les prières sont récitées dans la langue arabe, et consistent en des versets du Coran.
Une mosquée est un lieu de culte pour les musulmans, qui font souvent référence à lui par son nom arabe, masjid. Le mot mosquée en anglais se réfère à tous les types de bâtiments dédiés au culte islamique, bien qu'il y ait une distinction en arabe entre la plus petite, la mosquée privée et la, mosquée plus grande «collective» (mosquée Jami `). Bien que le but principal de la mosquée est de servir de lieu de prière, il est également important pour la communauté musulmane comme un lieu de rencontre et d'étudier. Mosquées modernes ont beaucoup évolué depuis les premiers modèles de la 7ème siècle, et contenir une variété d'éléments architecturaux tels que les minarets.

L'aumône

"Zakat" (en arabe:
زكاة Zakat "aumône") donne une partie fixe de la richesse accumulée par ceux qui peuvent se le permettre pour aider les pauvres ou nécessiteux et pour les personnes employées pour collecter la Zakat; aussi, pour amener cœurs, libérant les captifs , pour ceux de la dette (ou servitude) et pour le voyageur (brin). Il est considéré comme une obligation religieuse (par opposition à la charité volontaire) que le dois bien nantis aux démunis parce que leur richesse est considérée comme une «fiducie de la bonté de Dieu». Selon des estimations prudentes de la zakat annuelle est estimée à 15 fois les cotisations globales de l'aide humanitaire. Le montant de la zakat à payer sur immobilisations (par exemple l'argent) est de 2,5% (1/40) par an, pour les personnes qui ne sont pas pauvres. Le Coran et le hadith également pressent un musulman donner encore plus comme un acte de volontaires aumône dite aumône.

Le jeûne

Le jeûne, (en arabe:
صوم jeûne), de la nourriture et des boissons (entre autres choses) doit être effectuée à partir de l'aube au crépuscule durant le mois de Ramadhan. Le jeûne est d'encourager un sentiment de proximité avec Dieu, et pendant qu'il les musulmans devraient exprimer leur gratitude pour la dépendance sur lui, expier leurs péchés passés, et de penser aux nécessiteux. Le jeûne n'est pas obligatoire pour plusieurs groupes pour lesquels il constituerait un fardeau excessif. Pour d'autres, la flexibilité est permise selon les circonstances, mais jeûne de rattrapage doit généralement être faite rapidement.

Le pèlerinage

Le pèlerinage, appelé le Hajj (en arabe:
حج, doit être effectuée au cours du mois islamique de Dhu al-Hijjah dans la ville de La Mecque Chaque musulman valide qui peut se permettre, il doit faire le pèlerinage à la Mecque au moins une fois. . sa vie rituels du Hajj incluent: marcher sept fois autour de la Kaaba, la marche à sept reprises entre le mont Safa et le mont Marwa retraçant les étapes de la femme d'Abraham, alors qu'elle était à la recherche d'eau dans le désert avant Mecque développé dans un règlement; passer une journée dans le désert à Mina et puis un jour dans le désert Arafat à prier et à adorer Dieu et à la suite les traces d'Abraham; lapidation symbolique du diable à Mina racontant les actions d'Abraham.

Droit et jurisprudence :

La charia (littéralement «le chemin qui mène à l'abreuvoir») est la loi islamique formé par l'érudition islamique traditionnelle, qui regroupe la plupart des musulmans adhèrent. Shariah "constitue un système de droits qui leur incombent en vertu d'un musulman de sa croyance religieuse".
Le Coran a fixé les droits, les responsabilités et les règles pour les personnes et pour les sociétés à respecter. Muhammad a fourni un exemple, qui est enregistrée dans les livres de hadiths, montrer aux gens comment il a pratiquement mis en œuvre ces règles dans une société. Après la mort de Mahomet, l'Imam Jafar al-Sadiq, dont les vues des Shiis suivent, et les imams Abou Hanifa et Malik ibn Anas, dont les vues certains sunnites suivi, ont travaillé ensemble à Al-Masjid Nabawi un-à Médine avec plus de 70 autres conduisant des juristes et des universitaires. Ils ne distinguent pas entre eux ou les classer mêmes comme sunnites ou chiites. Ils ont estimé qu'ils suivaient la religion d'Abraham. Ils ont décidé de nouvelles questions juridiques où il n'ya pas de décision dans le Coran ou le Hadith concernant un cas similaire. Dans les livres réellement écrites par ces juristes et des universitaires d'origine, il ya très peu de différences théologiques et judiciaires entre eux.
Fiqh, ou «jurisprudence», se définit comme la connaissance des règles pratiques de la religion. Une grande partie de celui-ci a évolué pour empêcher l'innovation ou changement dans la religion d'origine, connu comme une innovation.
Ces chercheurs ont appris par les compagnons de Mahomet, dont beaucoup sont installés à Médine. Une grande partie de la connaissance que nous avons Muhammad est racontée à travers Aïcha, l'épouse de Muhammad. Aisha a soulevé et a enseigné son neveu Qasim ibn Muhammad ibn Abu Bakr le petit-fils d'Abou Bakr et le grand-père de Ja'far al-Sadiq. Aishas également enseigné son neveu Ourwah ibn Zubayr. Il a ensuite enseigné à son fils Hisham ibn Urwa, qui était le professeur principal de Malik ibn Anas dont les vues de nombreux sunnites suivre.
La plupart des différences sont relatives aux lois de la charia conçus par Ijtihad où il n'ya pas de décision dans le Coran ou les hadiths du prophète islamique Mahomet sur un cas similaire. Comme ces juristes sont allés à de nouveaux domaines, ils étaient pragmatique et, dans certains cas, ont continué à utiliser la même décision que celle donnée dans ce domaine au cours de l'époque pré-islamique. Si la population se sentait à l'aise avec lui, il était juste et ils ont utilisé Ijtihad en déduire qu'il n'était pas en contradiction avec le Coran ou le Hadith. Cela a rendu plus facile pour les différentes communautés à s'intégrer dans l'Etat islamique et qui ont aidé à l'expansion rapide de l'Etat islamique.
La méthode juristes islamiques utilisent pour tirer décisions est connu comme Usul al-fiqh («théorie juridique", ou "principes de la jurisprudence"). Pour réduire l'écart, dans le 9ème siècle, le juriste ash-Shafi'i a fourni une base théorique à la loi islamique en codifiant les principes de la jurisprudence (y compris les quatre racines fondamentales) dans son livre ar-Risalah. Selon ash-Shafi'i, le droit a quatre racines fondamentales, qui sont prioritaires dans l'ordre suivant: le Coran, le Hadith (les actions de Mahomet), le consensus des juristes musulmans (ijma), et le raisonnement analogique ( qiyâs). Al-Shafi'i également codifié une méthode pour établir la fiabilité des hadiths. Muhammad al-Bukhari a ensuite voyagé autour et a recueilli plus de 300.000 hadith, mais seulement inclus 2.602 hadith distinct dans son livre Sahih al-Bukhari, qui a passé ces tests et il a codifié comme authentique et correct. Sahih al-Bukhari est donc considéré par beaucoup comme le livre le plus authentique après le Coran. Le mot arabe traduit sahih comme authentique ou correct.
Ils ont tous donné la priorité au Coran et le Hadith et estiment que l'islam a été achevée au cours de l'époque de Mahomet et qu'ils voulait que les gens se réfèrent au Coran. Ahmad ibn Hanbal a rejeté l'écriture vers le bas et la codification des règles religieuses qu'il a donnés. Ils savaient qu'ils auraient pu sombrer dans l'erreur de certains de leurs jugements et déclaré clairement. Ils n'ont jamais présenté leurs décisions en disant: «C'est le jugement de Dieu et de son prophète." Il ya aussi très peu de texte réellement écrit par Jafar al-Sadiq lui-même. Depuis Jafar al-Sadiq (702-765) n'a pas écrit des livres, des livres, suivie par le chiite duodécimain ont été écrits par Muhammad ibn Yaqub al-Kulayni (864-941), Ibn Babawayh (923-991), et Nasir al-Din al-Tusi (1201-1274).
La loi islamique couvre tous les aspects de la vie, de questions d'État, comme la gouvernance et les relations extérieures, aux questions de la vie quotidienne. Le Coran définit Ḥudūd que les peines pour les cinq crimes spécifiques: rapports sexuels illicites, fausse accusation de rapports sexuels illicites, la consommation d'alcool, le vol et le brigandage. Le Coran et la Sunna contiennent aussi des lois de l'héritage, le mariage, et la restitution pour les blessures et meurtres, ainsi que des règles pour le jeûne, la charité et la prière.
Les différences entre les confessions dans l'Islam sont d'abord politiques et amplifié après l'invasion de la Perse safavide dans les années 1500 et la conversion subséquente de l'Iran safavide de l'islam chiite en raison de la politique entre les Safavides et l'Empire ottoman. [86] Avant ce point Jafar al-Sadiq a désapprouvé personnes qui désapprouvaient son arrière grand-père Abu Bakr le premier calife.

Juristes

Il ya beaucoup de termes dans l'islam à se référer aux positions religieusement sanctionnées de l'Islam, mais «juriste» se réfère généralement à la classe instruite des juristes musulmans engagés dans plusieurs domaines des études islamiques. Dans un sens plus large, les oulémas terme est utilisé pour décrire le corps du clergé musulman qui ont suivi plusieurs années de formation et d'étude des sciences islamiques, comme le mufti, qadi, faqih, ou muhaddith. Certains musulmans comprennent sous ce terme des mollahs village, imams, et maulvis-qui ont atteint seulement les échelons les plus bas de l'échelle de l'érudition islamique, d'autres musulmans diront que les clercs doivent répondre à des normes plus élevées pour être considérées oulémas (singulier Aalim). Certains musulmans pratiquent l'ijtihad laquelle ils n'acceptent pas l'autorité du clergé. L'éducation est considérée comme très importante pour les musulmans, afin qu'ils puissent distinguer entre le bien et le mal, mais quand il s'agit d'entrer dans le ciel, le plus noble aux yeux d'Allah est le plus pieux et ils peuvent être honnête, compatissant et utile aux autres mais pas forcément très éduqués.

Etiquette et l'alimentation

De nombreuses pratiques tombent dans la catégorie des adab, ou à l'étiquette islamique. Cela inclut d'autres voeux avec "as-salamu` alaykoum »(« la paix soit avec vous »), en disant bismillah (" au nom de Dieu ") avant les repas, et en utilisant uniquement la main droite pour manger et boire. Pratiques d'hygiène islamiques entrent principalement dans la catégorie de propreté personnelle et la santé. La circoncision des enfants mâles est également pratiquée dans l'islam. Rites funéraires islamiques comprennent disant que le Salat al-Janazah ("prière funéraire») sur le lavé et enveloppé le cadavre, et l'enterrer dans une fosse. Les musulmans sont limités dans leur alimentation. Aliments interdits comprennent les produits du porc, du sang, des charognes et d'alcool. La viande doit provenir d'un animal herbivore abattus dans le nom de Dieu par un musulman, Juif ou chrétien, à l'exception du jeu que l'on a chassés ou pêchés pour soi-même. Admissible de l'alimentation pour les musulmans est connu comme la nourriture halal.

La vie de famille

L'unité de base de la société islamique est la famille, et l'islam définit les droits et obligations juridiques des membres de la famille. Le père est considéré comme financièrement responsable de sa famille, et est tenu de veiller à leur bien-être. La division de l'héritage est spécifié dans le Coran, qui indique que la plupart d'entre elles est de passer à la famille immédiate, tandis qu'une partie est mise de côté pour le paiement des dettes et la fabrication de legs. À quelques exceptions près, la part de l'héritage de la femme est généralement la moitié de celle d'un homme avec les mêmes droits de succession. Le mariage dans l'Islam est un contrat civil qui se compose d'une offre et d'acceptation entre les deux parties qualifiées en présence de deux témoins. Le marié est tenue de payer un cadeau de mariage (dot) à la mariée, comme stipulé dans le contrat.
Se marier plus d'une femme a été pratiquée dans la culture arabe avant l'islam est arrivé, il est donc abordée dans le Coran (verset 4:3) en limitant le nombre d'épouses à quatre et seulement si un homme pouvait les traiter avec justice et équité. Certains chercheurs ont examiné cette licéité une façon de voir les hommes portent la responsabilité de l'ensemble de leurs camarades et de veiller à ce que la paternité physique d'un enfant est toujours connu. D'autres savants pensent que le verset 4:03 se réfère à une situation après une bataille (bataille de Uhud) causée grande perte d'hommes. Les érudits musulmans pré-modernes ont pris cette accordée, cependant, à partir du XXe siècle, il est devenu l'objet de débats parmi les féministes. La plupart des familles dans le monde islamique sont monogames que la règle est une autorisation conditionnelle n'est pas une recommandation.

Economie

Pour réduire l'écart entre les riches et les pauvres, la jurisprudence islamique économiques encourage le commerce, décourage la thésaurisation des richesses et des lois portant intérêt des prêts usure (le terme est riba en arabe). Par conséquent richesse est imposé par la Zakat, mais le commerce ne sont pas imposables. L'usure permet aux riches de s'enrichir sans partager le risque. Le partage des bénéfices et du capital de risque où le prêteur est également exposée au risque est acceptable. La thésaurisation de la nourriture pour la spéculation est également déconseillée.
Saisissant autres peuples des terres est également interdite. La prohibition de l'usure a entraîné le développement de la finance islamique. Pendant l'époque de Mahomet, tout l'argent qui est allé à l'Etat, a été immédiatement utilisé pour aider les pauvres. Puis, en 634, Umar officiellement créé l'Etat providence Bayt al-mal. Les Bayt al-mal ou l'État providence a été pour les orphelins, musulmans et non-musulmans pauvres indigents, les personnes âgées, les veuves et les handicapés. Les Bayt al-mal couru pendant des centaines d'années sous le califat Rashidun au 7ème siècle et ont continué pendant la période omeyyade et bien dans l'ère abbasside. Umar a également présenté les allocations familiales et des pensions pour les enfants et les personnes âgées.

Gouvernement

La loi islamique Mainstream ne distingue pas entre les «questions d'église» et «Questions de l'Etat", les chercheurs fonctionner à la fois des juristes et des théologiens. Actuellement, aucun gouvernement est conforme à la jurisprudence islamique économiques, ils traitent tous de l'usure et des titres d'État.

Militaire

Jihad signifie «travailler ou se battre» (dans la voie de Dieu). Jihad, dans son sens le plus large, est "exerce la plus grande puissance de l'un, des efforts, des efforts, ou la capacité à composer avec un objet de désapprobation". Selon l'objet étant un ennemi visible, le diable, et les aspects de soi-même (comme mauvais désirs), les différentes catégories de djihad sont définies. Jihad, lorsqu'il est utilisé sans qualificatif, est comprise dans son aspect militaire. Jihad se réfère également à un de s'efforcer d'atteindre la perfection religieuse et morale. Certaines autorités musulmanes, en particulier chez les chiites et les soufis, la distinction entre le «grand jihad», qui se rapporte à l'auto-perfection spirituelle, et le «petit djihad», défini comme la guerre.
Dans la jurisprudence islamique, le djihad est généralement interprété comme signifiant l'effort militaire contre les combattants non-musulmans. Le but ultime du jihad militaire est débattue, tant au sein de la communauté islamique et en dehors. Le djihad est la seule forme de permis de guerre dans la loi islamique et peut être déclarée contre les terroristes, les groupes criminels, des rebelles, des apostats et des dirigeants ou des états qui oppriment les musulmans. La plupart des musulmans interprètent aujourd'hui Jihad seulement comme une forme défensive de la guerre. Seulement pour ceux dépositaire de l'autorité, ne le djihad devient un devoir individuel. Pour le reste de la population, cela n'arrive que dans le cas d'une mobilisation générale. Pour la plupart des chiites duodécimains, jihad offensif ne peut être déclarée par un chef nommé par Dieu de la communauté musulmane, et en tant que tel est suspendu depuis occultation de Muhammad al-Mahdi en 868 AD.

Histoire :

Mohammad (610-632)


Une vue panoramique sur Al-Masjid al-Nabawi (la mosquée du Prophète) à Médine, en Arabie Saoudite, la deuxième mosquée la plus sacrée de l'islam

Dans la tradition musulmane, Muhammad (c. 570-8 Juin, 632) est considéré comme le dernier d'une série de prophètes. Durant les 22 dernières années de sa vie, en commençant à 40 ans en 610 CE, selon les premières biographies survivants, Muhammad a rapporté révélations qu'il croyait être de Dieu transmis à lui par l'archange Gabriel (Jibril). Le contenu de ces révélations, connu comme le Coran, a été mémorisée et enregistrée par ses compagnons.
Pendant ce temps, Muhammad de la Mecque prêché au peuple, implorant à abandonner le polythéisme et à adorer un seul Dieu. Bien que certains convertis à l'islam, Mahomet et ses disciples ont été persécutés par les autorités de la Mecque de premier plan. Cela a entraîné la migration vers l'Abyssinie de certains musulmans (de l'Empire Aksumite). Beaucoup de premiers convertis à l'Islam, étaient les pauvres esclaves et anciens comme Bilal ibn Rabah al-Habashi. La Mecque élite estimé que Muhammad a été déstabilise l'ordre social par prêcher un Dieu, l'égalité raciale et dans le processus de donner des idées aux pauvres et leurs esclaves.
Après 12 années de la persécution des musulmans par les Mecquois et le boycott mecquoise des Hachémites, muhammads parents, Mahomet et les musulmans effectué l'Hégire ("émigration") à la ville de Médine (anciennement connu sous le nom Yathrib) en 622. Là, avec la Médine convertis (Ansar) et les migrants Mecque (Muhajirun), Muhammad à Médine établi son autorité politique et religieuse. Un état a été établi conformément à la jurisprudence islamique économiques. La Constitution de Médine a été formulé, en instituant un certain nombre de droits et de responsabilités pour les communautés musulmane, juive, chrétienne et païenne de Médine, les ramenant dans le giron d'une communauté - la Ummah.
La Constitution a établi: la sécurité de la communauté, les libertés religieuses, le rôle de la médina comme un lieu sacré (interdisant toute violence et des armes), la sécurité des femmes, les relations tribales stables dans la médina, un système d'impôt pour soutenir la communauté en temps de les conflits, les paramètres exogènes alliances politiques, un système d'octroi de la protection des individus, et d'un système judiciaire pour régler les différends en cas de non-musulmans pourraient aussi utiliser leurs propres lois. Toutes les tribus ont signé l'accord pour défendre Médine contre toutes les menaces externes et à vivre en harmonie entre eux. En quelques années, deux batailles ont eu lieu contre les forces mecquoise: d'abord, la bataille de Badr en 624, qui a été une victoire musulmane, puis un an plus tard, lorsque les Mecquois retourné à Médine, la bataille de Uhud, qui a pris fin sans résultat .
Les tribus arabes dans le reste de l'Arabie alors formé une confédération et pendant la Bataille de la Tranchée assiégée Medina intention d'en finir avec l'Islam. En 628, le traité de Hudaybiyyah a été signé entre la Mecque et les musulmans et a été brisée par la Mecque deux ans plus tard. Après la signature du traité de Hudaybiyyah beaucoup plus de personnes converties à l'islam. Dans le même temps, les routes commerciales mecquois ont été coupés comme Mahomet a apporté entourant tribus du désert sous son contrôle. En 629 Muhammad a été victorieux dans la conquête presque sans effusion de sang de la Mecque, et au moment de sa mort, en 632 (à l'âge de 62 ans), il unifia les tribus d'Arabie en une seule entité politique religieuse.

Califat et de la guerre civile (632-750)

Avec la mort de Mahomet en 632, un désaccord a éclaté pour savoir qui lui succéderait à la tête de la communauté musulmane. Abu Bakr, compagnon et ami proche de Mahomet, a été le premier calife. Sa tâche immédiate était de venger une défaite récente par les forces byzantines, mais il devait d'abord déposer une rébellion des tribus arabes dans un épisode connu sous le nom guerres Ridda, ou "guerres de l'apostasie". Le Coran a été compilé dans un seul livre en ce moment.
Sa mort en 634 a abouti à la succession d'Omar ibn al-Khattab comme calife, Uthman ibn suivie par al-Affan, Ali ibn Abi Talib et Hasan ibn Ali. Les premiers califes sont connus comme al-Khulafa 'ar-Rashidun (califes «bien guidés»). Sous eux, le territoire sous domination musulmane élargi profondément dans les territoires perses et byzantins.
Quand Umar fut assassiné par les Perses en 644, l'élection d'Uthman comme successeur a rencontré une opposition croissante. Les copies standard du Coran ont également été distribués tout au long de l'État islamique. En 656, Uthman a également été tué, et Ali a assumé le poste de calife. Après la première guerre civile (la «Première Fitna"), Ali a été assassiné par Kharijites en 661. Suite à cela, Mu'awiyah s'est emparé du pouvoir et a commencé la dynastie des Omeyyades.
Ces différends portant sur le leadership religieux et politique donneraient lieu à schisme dans la communauté musulmane. La majorité a accepté la légitimité des trois dirigeants avant Ali, et devint connu comme sunnites. Une minorité n'est pas d'accord, et croit que Ali était le seul successeur légitime; ils sont devenus connus comme les chiites. Après la mort de Mu'awiyah en 680, le conflit sur la succession a éclaté de nouveau dans une guerre civile connue comme la «deuxième Fitna".
La dynastie des Omeyyades conquis le Maghreb, la péninsule ibérique, la Gaule Narbonnaise et du Sindh. Les populations locales des juifs et des chrétiens indigènes persécutés en tant que minorités religieuses et lourdement taxés pour financer les guerres byzantin sassanides, les musulmans souvent aidés à prendre sur leurs terres depuis les Byzantins et les Perses, entraînant conquêtes exceptionnellement rapides. Depuis la Constitution de Médine, les juifs et les chrétiens continuent à utiliser leurs propres lois dans l'État islamique et avaient leurs propres juges.
Les descendants de l'oncle Abbas ibn Abd al-Muttalib Muhammad se sont rassemblés convertis mécontents non-arabes (mawali), pauvres Arabes, et certains chiites contre les Omeyyades et les renversé avec l'aide du général Abu Muslim, inaugurant la dynastie abbasside en 750 .


La Grande Mosquée de Kairouan, fondée en 670 à Kairouan, en Tunisie, représente l'un des meilleurs exemples d'architecture de la civilisation islamique

Abbasside époque (750-1258)

Pendant ce temps, le sultanat de Delhi a repris du sous-continent indien. Les missions religieuses converties Bulgarie de la Volga à l'islam. Beaucoup de musulmans aussi allé en Chine pour négocier, pratiquement dominer l'industrie d'exportation et d'importation de la dynastie des Song.
Les principaux recueils de hadiths ont été compilés au cours de la première ère abbasside. La jurisprudence Jaafari a été formé à partir des enseignements de Ja'far al-Sadiq tandis que les quatre sunnites Madh'habs, le Hanafi, Hanbali, Maliki et Shafi'i, ont été mis en place autour des enseignements de Abou Hanifa, Ahmad bin Hanbal, Malik ibn Anas et al-Shafi'i respectivement. Al-Shafi'i également codifié une méthode pour établir la fiabilité des hadiths. Al-Tabari et Ibn Kathir terminés les commentaires les plus souvent cités sur le Coran, le Tafsir al-Tabari dans le 9ème siècle et le Tafsir Ibn Kathir dans le 14ème siècle, respectivement. Philosophes Al-Farabi et Avicenne ont cherché à intégrer les principes grecs dans la théologie islamique, tandis que d'autres comme Al-Ghazali ont fait valoir contre eux et finalement prévalu.
Califes comme Mamun al Rashid et Al-Mu'tasim fait la philosophie Mutazilite un des credo officiel et imposèrent les musulmans à suivre. Mu'tazila était une école grec influencé la théologie spéculative appelé kalam, qui se réfère à la dialectique. Beaucoup de musulmans orthodoxes rejeté doctrines Mutazilite et condamné leur idée de la création du Coran. En inquisitions, Imam Hanbal a refusé de se conformer et a été torturé et envoyé à une cellule de prison de Bagdad éteinte pendant près de trente mois.
L'autre branche de kalam était l'école Ach'arî fondée par Al-Ash'ari. Certains musulmans ont commencé à s'interroger sur la piété de l'indulgence dans une vie mondaine et insisté sur la pauvreté, l'humilité et l'évitement du péché basé sur le renoncement des désirs corporels. Ascètes comme Hasan al-Basri aurait inspirer un mouvement qui évoluerait dans le soufisme. Dès le 13ème siècle, le soufisme a subi une transformation, en grande partie en raison de l'effort de légitimation et de réorganiser le mouvement par Al-Ghazali, qui a développé le modèle de l'ordre d'une communauté soufie des enseignants et des étudiants de la spiritualité.
Cette ère est parfois appelé le "Golden Age islamique". Hôpitaux publics: établis durant cette période (appelée hôpitaux Bimaristan), sont considérés comme "les premiers hôpitaux" dans le sens moderne du mot, et a émis le premier diplôme de médecine aux médecins de licence de médecine. Le Guinness World Records reconnaît l'Université de Al Karaouine, fondée en 859, comme le plus ancien du monde conférant des grades universitaires. Le doctorat est soutenu remonter les licences à enseigner dans les écoles de droit musulman. Normes de techniques expérimentales et de quantification, ainsi que la tradition de citation, ont été introduits. Un important pionnier dans ce domaine, Ibn Al-Haytham est considéré comme le père de la méthode scientifique moderne et souvent désigné comme «premier scientifique au monde vrai" l'. Le gouvernement a payé des scientifiques du salaire équivalent des athlètes professionnels d'aujourd'hui. Les données utilisées par Copernic pour ses conclusions héliocentrique ont été recueillies et Al-Jahiz proposé une théorie de la sélection naturelle. Rumi a écrit quelques-uns des plus beaux poésie persane et est encore l'un des meilleurs poètes de vente en Amérique. Les institutions juridiques introduites comprennent la confiance et la fiducie de bienfaisance (Waqf).
Les premiers musulmans Etats indépendants d'un Etat musulman unifié issu de la révolte berbère (739/740-743). En 930, le groupe Ismaili connu sous le nom Qarmatians succès rebellé contre les Abbassides, limogé la Mecque et a volé la pierre noire, qui a finalement été récupéré. L'Empire mongol a mis fin à la dynastie abbasside en 1258.

Chute de Abbassides à la fin du califat (1258-1924)

L'islam s'est répandu avec des réseaux commerciaux musulmans qui s'étendait en Afrique subsaharienne, en Asie centrale et dans l'archipel malais. Sous l'Empire ottoman, la plupart dans les Balkans est devenu musulman. Les musulmans de Chine qui étaient descendus de l'immigration plus tôt commencé à assimiler par l'adoption de noms et la culture chinoise tout en Nanjing est devenue un important centre d'étude islamique.
Le monde musulman est généralement en déclin politique, en particulier par rapport aux puissances européennes non-islamiques. Cette baisse était évidente culturellement, tandis que Taqi al-Din a fondé un observatoire d'Istanbul et l'Observatoire Jai Singh a été construit au 18ème siècle, il n'y avait pas un seul pays musulman avec un observatoire majeur du XXe siècle. La Reconquista, lancée contre les principautés musulmanes dans la péninsule ibérique, a succédé en 1492 et les états italiens musulmans ont été perdus aux Normands. Dès le 19e siècle, l'Empire britannique avait officiellement mis fin à la dernière dynastie moghole en Inde. L'ère ottomane a pris fin après la Première Guerre mondiale et le califat fut aboli en 1924.
Le groupe de la majorité chiite à l'époque, les Zaydis, a utilisé la jurisprudence hanafite, comme l'ont fait la plupart des sunnites. Les chiites dynastie safavide a accédé au pouvoir en 1501 et plus tard conquis tout l'Iran. La conversion obligatoire qui s'ensuit de l'Iran à l'islam chiite duodécimain pour la population majoritairement sunnite a également assuré la domination finale de la secte au sein du chiisme duodécimain sur la secte Zaidi, le plus grand groupe parmi les chiites avant la dynastie safavide, et la secte ismaélienne.
Un mouvement de renouveau important au cours de cette période comprennent un mouvement salafiste du 18ème siècle dirigé par Ibn Abd al-Wahhab en Arabie Saoudite d'aujourd'hui. Dénommé wahhabite, leur désignation de soi est Muwahiddun (Unitaires). S'appuyant sur les efforts antérieurs, tels que ceux par le logicien Ibn Taymiyya et Ibn al-Qayyim, le mouvement cherche à maintenir le monothéisme et purifier l'islam des innovations ultérieures. Leur zèle contre les sanctuaires idolâtres conduit à la destruction de tombes sacrées de la Mecque et de Médine, y compris ceux du Prophète et de ses compagnons. Au 19ème siècle, les mouvements deobandis et Barelwi ont été lancées.

Les temps modernes (1924-présent)

Contact avec les pays industrialisés amené les populations musulmanes à de nouveaux domaines grâce à la migration économique. Beaucoup de musulmans ont émigré en tant que serviteurs, principalement à partir de l'Inde et l'Indonésie, dans les Caraïbes, en formant les plus importantes populations musulmanes en pourcentage dans les Amériques. L'urbanisation et l'augmentation des échanges commerciaux en Afrique sub-saharienne qui a résulté musulmans à s'installer dans de nouveaux domaines et de répandre leur foi, probablement doubler sa population musulmane entre 1869 et 1914. Immigrés musulmans, de nombreux comme travailleurs invités, ont commencé à arriver, en grande partie des anciennes colonies, dans plusieurs pays d'Europe occidentale depuis les années 1960.
Nouveaux intellectuels musulmans commencent à se poser, et sont de plus en plus séparent les croyances islamiques vivaces des traditions culturelles archaïques. Libéral Islam est un mouvement qui tente de concilier tradition religieuse avec les normes modernes de gouvernance laïque et droits de l'homme. Ses partisans disent qu'il ya plusieurs façons de lire les textes sacrés de l'Islam, et souligner la nécessité de laisser la place à la «pensée indépendante sur les questions religieuses". Les problèmes des femmes reçoivent un poids significatif dans le discours moderne sur l'islam.
Pouvoirs laïques comme gardes rouges chinoises ont fermé de nombreuses mosquées et corans détruites et communiste Albanie est devenue le premier pays à interdire la pratique de toutes les religions. En Turquie, l'armée menée coups pour évincer les gouvernements islamistes et foulards étaient, ainsi qu'en Tunisie, interdit dans les bâtiments officiels. Environ un demi-million de musulmans ont été tués au Cambodge par les communistes qui, dit-on, considérée comme leur principal ennemi et voulait les exterminer, car ils se sont démarqués et ont adoré leur propre dieu.
Groupes islamistes comme le défenseur des Frères musulmans islam comme une solution politique globale, souvent en dépit de son interdiction. Jamal al-Din al-Afghani, avec son acolyte Muhammad Abduh, ont été crédités en tant que précurseurs de la renaissance islamique. En Iran, la révolution a remplacé un régime laïque par un État islamique. En Turquie, l'AKP islamiste a démocratiquement au pouvoir depuis près d'une décennie, alors que les partis islamistes se portent bien dans la suite des élections du printemps arabe. L'Organisation de la coopération islamique (OCI), composé de pays musulmans, a été créé en 1969 après l'incendie de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem.
Piété semble être l'approfondissement dans le monde entier. Dans de nombreux endroits, la prévalence du voile islamique se développe de plus en plus commun et le pourcentage de musulmans favorables à la charia a augmenté. Avec l'orientation religieuse de plus en plus disponibles par voie électronique, les musulmans sont en mesure d'accéder à des vues qui sont assez strict pour eux plutôt que de compter sur les clercs de l'État qui sont souvent considérés comme faire-valoir. Certaines organisations ont commencé à utiliser les médias pour promouvoir l'islam comme la chaîne de télévision 24 heures, TV paix. Peut-être à la suite de ces efforts, la plupart des experts s'accordent à dire que l'islam se développe plus rapidement que n'importe quelle autre foi en Orient et en Afrique de l'Ouest.

Dénominations :

Sunnite

La plus grande dénomination dans l'islam est l'islam sunnite, qui représente 75% à 90% de tous les musulmans. Les musulmans sunnites vont également sous le nom de Ahl as-Sunnah qui signifie «peuple de la tradition [de Mahomet]». Ces hadiths («rapports»), racontant mots muhammads, les actions et les caractéristiques personnelles sont conservées dans les traditions connues sous le nom d'Al-Kutub Al-Sittah (six grands livres).
Les sunnites pensent que les quatre premiers califes étaient les successeurs légitimes à Muhammad, puisque Dieu n'a pas précisé les dirigeants particulier pour lui succéder et ces dirigeants ont été élus. Les sunnites croient que quiconque est juste et droit pourrait être un calife, mais ils doivent agir selon le Coran et le Hadith, l'exemple de Mahomet et de donner aux gens leurs droits.
Les sunnites suivent le Coran, le Hadith. Ensuite, pour les questions juridiques qui n'existent pas dans le Coran ou le Hadith, ils suivent quatre madh'habs (écoles de pensée): Hanafi, Hanbali, Maliki et Shafi'i, établis autour des enseignements de Abou Hanifa, Ahmad bin Hanbal, Malik ibn Anas et al-Shafi'i respectivement.
Tous les quatre accepter la validité des autres et un musulman peut choisir quelqu'un qu'il ou elle trouve agréable. Le salafiste (également connu sous le nom Ahl al-Hadith (arabe:
أهل الحديث; Les habitants de hadith) ou wahhabites péjoratif du terme par ses adversaires) est un mouvement islamiste ultra-orthodoxe qui prend la première génération de musulmans comme des modèles exemplaires.

Chiite

Les chiites constituent 10-20% de l'islam et sa filiale sont le deuxième plus grand.
Alors que les sunnites croient que Mahomet n'a pas désigné de successeur et donc son successeur doit être élu par la communauté chiite de croire que, pendant pèlerinage finale de Mahomet à la Mecque, il a nommé son fils-frère, Ali ibn Abi Talib, comme son successeur à la hadith de l'étang de Khumm. En conséquence, ils croient que Ali ibn Abi Talib fut le premier Imam (chef de file), rejetant la légitimité de la précédente musulman califes Abou Bakr, Uthman ibn al-Affan et Umar ibn al-Khattab.
chiite Islam a plusieurs branches, dont la plus importante est les duodécimains, suivis par Zaidis et ismaéliens. Après la mort de l'Imam Jafar al-Sadiq (le grand petit-fils de Abu Bakr et Ali ibn Abi Talib) a examiné le sixième imam chiite de l', les ismaéliens ont commencé à suivre son fils Isma'il ibn Jafar et de la duodécimain chiite (Ithna Asheri ) a commencé à suivre son autre fils, Musa al-Kazim leur septième Imam. Les Zaydis suivent Zayd ibn Ali, l'oncle de l'Imam Jafar al-Sadiq, comme leur cinquième Imam.
D'autres groupes plus petits sont les Bohra et druzes, ainsi que les Alaouites et Alevi. Certaines branches chiite marquent autres branches chiite qui ne sont pas d'accord avec leur doctrine comme Ghulat.

Soufisme

Le soufisme est une approche mystique et ascétique de l'islam qui cherche à trouver l'amour et de la connaissance divine à travers l'expérience directe et personnelle de Dieu. En se concentrant sur les aspects les plus spirituelles de la religion, les soufis cherchent à acquérir une expérience directe de Dieu en faisant usage de «facultés intuitives et émotionnelle" que l'on doit être formé à utiliser. Toutefois, le soufisme a été critiquée par la secte salafiste pour ce qu'ils considèrent comme une innovation religieuse injustifiée. Hasan al-Basri a vécu pendant l'époque de Mahomet et a été inspiré par les idées de la piété et de la condamnation de la mondanité prêchée par Muhammad et ces idées ont été plus tard développée par Al-Ghazali dans ses livres sur le soufisme. Sufi pays à majorité comprennent le Sénégal, le Tchad et le Niger.

Autres dénominations

  • Ahmadiyya est un mouvement islamiste fondé par Mirza Ghulam Ahmad qui a commencé en Inde à la fin du 19e siècle et est pratiqué par des millions de personnes à travers le monde. Ahmadiyyas sont divisés en deux sous-groupes, la communauté musulmane Ahmadiyya et le Mouvement Ahmadiyya de Lahore.

  • Le ibadites est une secte qui remonte aux premiers jours de l'Islam et est une branche de Kharijite. Contrairement à la plupart des groupes kharijites, ibadisme ne considère pas comme des musulmans pécheurs infidèles.

  • Les Quranists sont des musulmans qui rejettent généralement le Hadith.

  • Yazdanisme est considérée comme un mélange de croyances locales kurdes et la doctrine soufie islamique introduit au Kurdistan par le cheikh Adi Ibn Musafir au 12ème siècle.

  • Mouvements musulmans noirs tels que la Nation of Islam (NOI) et Nation Cinq-cent sont principalement afro-américaine.


Démographie :

Une étude complète 2009 démographique de 232 pays et territoires ont signalé que 23% de la population mondiale, soit 1,57 milliard de personnes, sont musulmans. De ce nombre, on estime sur 75-90% sont sunnites et 10-20% sont chiites, avec une petite minorité appartenant à d'autres sectes. Environ 50 pays sont à majorité musulmane, et les Arabes représentent environ 20% de tous les musulmans du monde entier. Entre 1900 et 1970, la communauté musulmane mondiale a augmenté de 200 à 551 million, entre 1970 et 2009, la population musulmane a augmenté plus de trois fois à 1,57 milliards d'euros.
La majorité des musulmans vivent en Asie et en Afrique. Environ 62% des musulmans dans le monde vivent en Asie, avec plus de 683 millions de fidèles en Indonésie, au Pakistan, en Inde et au Bangladesh. Au Moyen-Orient, les pays non-arabes comme la Turquie et l'Iran sont les pays à majorité musulmane plus grands, en Afrique, l'Egypte et le Nigeria ont des communautés musulmanes les plus peuplés.
La plupart des estimations indiquent que la République populaire de Chine a environ 20 à 30 millions de musulmans (1,5% à 2% de la population). Cependant, les données fournies par le Centre international de la population de la San Diego State University États-Unis Nouvelles & World Report suggère que la Chine a 65,3 millions de musulmans. L'islam est la deuxième religion après le christianisme dans de nombreux pays européens, et rattrape lentement son retard à ce statut dans les Amériques, avec entre 2.454.000, selon Pew Forum, et environ 7 millions de musulmans, selon le Conseil des relations américano-islamiques ( CAIR), aux États-Unis.


Population musulmane mondiale en pourcentage (Pew Research Center, 2009).

Culture :

Le terme «culture islamique» pourrait être utilisé pour signifier les aspects de la culture qui ont trait à la religion, comme les festivals et le code vestimentaire. Il est également controversé utilisé pour désigner la culture du peuple traditionnellement musulmans. Enfin, la «civilisation islamique» peut également faire référence à des aspects de la culture synthétisé des premiers califats, y compris celle des non-musulmans.

Architecture

Peut-être l'expression la plus importante de l'art islamique est l'architecture, en particulier celui de la mosquée (quatre iwan et hypostyle). A travers les édifices, l'effet de différentes cultures au sein de la civilisation islamique peut être illustré. L'Afrique du Nord et de l'architecture islamique espagnole, par exemple, comporte des éléments romano-byzantin, comme on le voit dans la Grande Mosquée de Kairouan qui contient des colonnes de marbre et de porphyre de bâtiments romains et byzantins, dans le palais de l'Alhambra à Grenade, ou dans la Grande Mosquée de Cordoba.

Art

Art islamique englobe les arts plastiques produits à partir de la 7e partir de siècle de personnes (pas nécessairement musulman) qui vivaient sur ​​le territoire qui a été habitée par des populations musulmanes. Il comprend des domaines aussi variés que l'architecture, la calligraphie, la peinture et la céramique, entre autres.
Création d'images d'êtres humains et les animaux est mal vu dans de nombreuses cultures islamiques et connecté avec les lois contre l'idolâtrie commun à toutes les religions abrahamiques, comme 'Abdullah ibn Mas'ud a rapporté que Muhammad a dit: «Ceux qui seront le plus sévèrement puni par Allah sur la jour de la Résurrection sera les imagiers »(rapporté par al-Boukhari, voir al-Fath, 10/382). Toutefois, cette règle a été interprété de différentes manières par différents spécialistes et à différentes périodes historiques, et il ya des exemples de peintures d'animaux et les humains dans Mughal, le persan et l'art turc. L'existence de cette aversion pour la création d'images d'êtres animés a été utilisée pour expliquer la prévalence de la calligraphie, tessellation et le modèle que les aspects clés de la culture artistique islamique.

Calendrier

Le début officiel de l'ère musulmane a été choisi pour être l'Hégire en 622 CE, qui a été un tournant important dans la fortune de Mahomet. L'affectation de cette année que l'an 1 de l'Hégire (Anno Hegirae) dans le calendrier islamique aurait été faite par le calife Omar. Il est un calendrier lunaire avec jours durent un coucher de soleil. Jours saints islamiques tombent à des dates fixes du calendrier lunaire, ce qui signifie qu'ils se produisent à différentes saisons dans différentes années dans le calendrier grégorien. Les plus importants festivals islamiques sont Eid al-Fitr (arabe:
عيد الفطر) le 1er Shawwal, marquant la fin du mois Ramadan et l'Aïd al-Adha (عيد الأضحى) le 10 Dhu al-Hijjah, coïncidant avec le pèlerinage à la Mecque.

La critique de l'islam :

La critique de l'islam existe depuis étapes de formation de l'islam. Critique écrite au début provenait de chrétiens, avant la neuvième siècle, dont beaucoup consulté l'islam comme une hérésie chrétienne radicale. Plus tard, il est apparu critiques de la part du monde musulman lui-même, et aussi d'écrivains juifs et des chrétiens ecclésiastiques.
Objets de critiques comprennent la moralité de la vie de Mahomet, le dernier prophète de l'Islam, à la fois dans sa vie publique et privée. Les questions relatives à l'authenticité et de la moralité du Coran, le livre saint de l'islam, sont également discutés par la critique. D'autres critiques portent sur ​​la question des droits de l'homme dans les pays islamiques modernes, et le traitement des femmes dans la législation et la pratique islamique. Dans le sillage de la tendance récente du multiculturalisme, l'influence de l'islam sur la capacité des immigrés musulmans en Occident d'assimiler a été critiquée.





Retourner au contenu | Retourner au menu